Un Centre dédié à la recherche sur André Gide

Le Centre d’Études Gidiennes a vocation à coordonner l'activité scientifique autour de Gide, diffuser les informations relatives aux manifestations gidiennes et à rendre visibles et accessibles les études qui lui sont consacrées.
En savoir +

Nous trouver

Centre d’études gidiennes Bureau 49, bâtiment A UFR Arts, lettres et langues Université de Lorraine Île du Saulcy F-57045 Metz cedex 01

Nous écrire

Stephanie Bertrand Jean-Michel Wittmann
En savoir +

L'Agenda Gide

Février 2019
L Ma Me J V S D
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28
23
Fév.

Akio Yoshii, professeur de littérature française à l'Université du Kyushu (Fukuoka, Japon) vient de publier en japonais un ouvrage consacré à André Gide et son temps : 

Jiddo to sono Jidai [Gide et son temps], Fukuoka, Kyushu Daigaku Shuppankai [Presses Universitaires du Kyushu], 2019.  

1 vol. relié (sous jaquette), 21,5 x 15,5 cm, 674 pp. (parution 12 janvier 2019).  

ISBN : 978-4-7985-0249-6.  

Prix : 9.000 Yens (plus TVA 8 %). 

 

Gide et son temps avec bande éditeur

 

Lire la suite

13
Fév.
 
Comme chaque année, l'association des Amis d'André Gide organise une session consacrée à Gide lors du congrès annuel de la Modern Language Association, qui aura lieu du 9 au 12 janvier 2020 à Seattle (état de Washington), USA.
 
Cette prochaine session sera consacrée aux représentations et enjeux de l'homosexualité dans la vie, les amitiés et l'oeuvre de Gide. 
 
Les intéressés sont invités à soumettre un résumé de 250-300 mots en français ou en anglais avant le 12 mars 2019 à Christine Armstrong (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.et Jocelyn Christine Van Tuyl (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.).
 
 
 seattle destination
 
 

Lire la suite

07
Fév.

Frank Lestringant vient de publier aux éditions Lucie, sous le titre Charles Gide et André, l'oncle et le neveu, un petit ouvrage consacré à la relation entre l'économiste et l'écrivain. Il est possible de le commander directement sur le site de l'éditeur, en cliquant sur ce lien

 

 

Pas de contraste plus flagrant que celui qui oppose Charles à André Gide. L’oncle Charles est un protestant rigoriste, un « coopératiste » de la première heure et un moraliste intransigeant ; le neveu rue dans les brancards et se moque littéralement du monde. C’est de surcroît un libertin qui défie la morale et bafoue par son comportement les liens sacrés de la famille. En vérité, par- delà leur opposition, un certain nombre de traits les rapproche. L’un et l’autre sont dreyfusards, et, plus tard, ils se rendent de gaîté de cœur en U.R.S.S., le premier, dès 1923, pour reconnaître dans les soviets des sociétés de coopérateurs ; le second, treize ans plus tard, à l’été 1936, à l’heure des purges de Staline. Tous deux, malgré leurs divergences radicales, finiront par se comprendre. Professeur émérite à la Sorbonne, Frank Lestringant a publié une quarantaine de livres consacrés notamment à la littérature des voyages de la Renaissance vers le Nouveau Monde, du Brésil à la Floride et au Canada. Il s’est intéressé à la cosmographie et aussi à l’arrière-plan théologique de la controverse géographique à la Renaissance. Il a par ailleurs consacré une biographie à Alfred de Musset.

Lire la suite

06
Fév.

Ce volume, le dixième de la Bibliothèque gidienne chez Garnier, rassemble les actes du colloque international de Mulhouse des 16-18 mars 2016, rassemblés et publiés par Martina Della Casa.

 Gide europen

André Gide, l’EuropéenAvec un texte inédit d’André Gide

  • Directeur d'ouvrage: Della Casa (Martina)
  • Contributeurs: Andonovska (Biljana)Bertrand (Stéphanie)Canovas (Frédéric)Caristia (Stefania)Codazzi (Paola)Della Casa (Martina)Fossa (Paola)Fuhrer (Mechthilde)Gide (André)Laurent (Thierry)Masson (Pierre)Mazza (Vincenzo)Nancey-Quentin de Gromard (Marie-Gabrielle)Saggiomo (Carmen)Schnyder (Peter)Skibińska (Elżbieta)Vukušić Zorica (Maja)Waelti (Slaven)Wittmann (Jean-Michel)
  • Résumé: Ce volume, issu du colloque qui a eu lieu du 16 au 18 mars 2016 à l’université de Haute-Alsace, réuni dix-sept contributions et un texte inédit d’André Gide. Il explore la pensée européiste de l’écrivain, son enracinement dans l’espace culturel européen et la réception de son œuvre en Europe.

 

Lire la suite

05
Fév.

 Organisation : Paola Codazzi (UHA, Fondation Catherine Gide), Isabelle Diu (Bibliothèque littéraire Jacques Doucet), Sophie Martin (Bibliothèque Sainte-Barbe), Marc Scherer (Bibliothèque Sainte-Geneviève), Peter Schnyder (Fondation Catherine Gide) 

 

Consultez le programme !

 

Programme Gide dans ses lettres 14 16 mars 2019 copia compressed

Pour toute information, contacter Paola Codazzi

 

Argumentaire

Dans un article récent (et une entrée du Dictionnaire Gide), Pierre Masson rappelle, à juste titre, que la masse épistolaire produite par Gide est la plus importante – au moins du point de vue quantitatif – du XXsiècle : à ce jour, elle est constituée de près de quarante mille lettres échangées avec plus de deux mille destinataires. Un ensemble impressionnant, qui est en constante expansion. Le recours à la correspondance est depuis longtemps indispensable aux chercheurs, à commencer par les biographes, de Jean Delay (1956-1957) à Frank Lestringant (2013). Au cours des années, en raison peut-être de l’énormité et de l’hétérogénéité du corpus, la critique a privilégié une analyse « au cas par cas » avec une attention particulière portée à savaleur documentaire et historique. Or, sans négliger l’importance de ces études, nous nous proposons de dépasser les approches monographiques pour tenter une approche plurivalente qui nous permettra de proposer des lectures transversales. En nous inspirant des études publiées par la revue de l’A.I.R.E. – Épistolaire –, mais également des travaux récents de Geneviève Haroche-Bouzinac et de Mireille Bossis, nous souhaitons accentuer une réflexion sur l’importance de la correspondance, non pas tant comme source privilégiée de la vie privée de l’écrivain, mais plutôt comme lieu de création littéraire, de formation – Brigitte Diaz parle de « laboratoire identitaire » – et de réflexion (intellectuelle et esthétique). 

Ensemble vaste et complexe, tout aussi protéiforme que son auteur, le chantier épistolaire demande aujourd’hui à être considéré comme un tout, comme un genre à part entière entrant en communication avec le reste de l’œuvre, du Journal aux Mémoires, du roman aux essais critiques. Dans une perspective pluridisciplinaire, ouverte à des réflexions relevant de domaines différents (linguistique, littérature, histoire des idées, etc.), ce colloque souhaite apporter un regard d’ensemble sur Gide épistolier, afin de s’interroger sur la signification, la valeur et la portée de la correspondance, où se reflètent les multiples visages de l’écrivain. Toute contribution visant à enrichir la réflexion à l’appui de documents encore inédits sera bien sûr la bienvenue. Nous proposons d’articuler la discussion autour des axes de réflexion qui suivent. 

Axes de réflexion :

1) Épistolaire et identité. Une des constantes les plus manifestes de la correspondance de Gide est l’exploitation de l’écriture épistolaire au service du Moi. La belle formule de Bernard Beugnot – qui présente l’épistolier comme un « artisan de soi » – s’avère particulièrement topique, puisqu’elle explique l’importance pour Gide de s’essayer, comme aurait dit Montaigne, sous le regard de l’autre. Terrain privilégié du dévoilement et de la confession, la lettre comporte également une partie scellée, cachée, et à ce titre, s’affirme comme le lieu du silence et du non-dit. Dans ce cadre, la correspondance de Gide avec ses compagnons et ses proches est particulièrement intéressante, car elle porte les marques d’un processus d’émancipation et de maturation fait de secrets et d’allusions. Écriture de l’identité, ou des identités, la correspondance apparaît, d’après Pierre Masson, comme une pratique parfaitement complémentaire à celle du Journalet mérite à ce titre d’être considérée comme un moment décisif dans le processus d’élaboration du « Je » écrivant. De quelle manière la lettre contribue-t-elle à la construction identitaire de l’auteur ? Quel rôle joue la correspondance dans l’ensemble autobiographique gidien ?

2) Gide épistolier au-delà des frontières. En aucune façon, la lettre ne peut se réduire au territoire de l’intime, car elle se situe toujours « à la croisée de l’individuel et du social » (Mireille Bossis). Moteur silencieux d’un vaste réseau de correspondants, Gide contribue de manière décisive à la construction d’un espace de culture et de civilisation dépassant les frontières nationales. Mais ce n’est pas seulement le tissu que créent ses échanges transfrontaliers qui fait delui un épistolier européen : suite à l’expérience tragique de la Grande Guerre, au moment où il développe un intérêt accru pour l’Histoire, Gide conçoit sa correspondance à la fois comme un lieu de témoignage – où il décrit et commente les événements de son temps – et comme un lieu de débat – où il réfléchit sur l’avenir du Vieux Continent. Lieu de « commerce » d’idées et de préoccupations actuelles, sa correspondance avec Ernst Robert Curtius, Arnold Bennett ou Edmund Gosse, sans négliger l’importance de ses amitiés féminines – Aline Mayrisch, Dorothy Bussy, la Petite Dame – fait émerger une pensée de l’Europe en dialogue et une volonté d’action commune. Comment la lettre, en tant que communication par écrit et exigence de réponse en retour, contribue-t-elle à l’élaboration d’une conscience nouvelle, ouverte sur l’avenir ? Quel rôle (historique, culturel, politique) Gide attribue-t-il à ses correspondances internationales ? 

3) L’épistolaire comme laboratoire du littéraire. Depuis un certain temps, l’approche de la lettre comme « seuil du littéraire » (Brigitte Diaz) regagne du terrain. Il suffit de penser au rôle joué par Roger Martin du Gard lors de l’élaboration des Faux-monnayeurs pour comprendre l’importance de la correspondance dans le processus de création : à partir du moment où ilsont souvent pour sujet les idées (réalisées ou abandonnées) de l’auteur sur ses projets en cours, les échanges épistolaires font partie, à l’instar des préfaces ou des postfaces, du paratexte gidien. Mais au-delà de son statut de preuve dans l’historique de telle ou telle œuvre, il semble possible, plus profondément, de considérer la correspondance comme un « dossier », au sens génétique, du texte à venir. L’étude de Jean-Michel Wittmann (2002) ouvre une perspective intéressante sur ce sujet : peut-on affirmer qu’une communication s’instaure entre l’épistolaire et le littéraire ? S’il est vrai que certains motifs ou thèmes migrent de la correspondance à l’œuvre, dans quelle mesure la lettre forme-t-elle le soubassement de la création fictionnelle ? Du point de vue de l’art épistolaire, le discours est également intéressant : Gide manifeste-t-il dans sa correspondance un style différent de celui auquel est familiarisé le lecteur de ses fictions ? Existe-t-il un style spécifiquement épistolaire ou est-il possible de considérer la lettre comme la matrice (syntaxique, lexicale, rythmique) de l’œuvre ?

 

Lire la suite

04
Fév.

Les samedi 6 et dimanche 7 avril 2019 se tiendront au Lavandou les 6es Journées Catherine Gide, autour d'André Gide et la peinture.

André Gide, en effet, s'il a avant tout vécu pour la littérature, a aussi beaucoup vécu avec la peinture, fréquentant les ateliers, les salons, les musées, cherchant à travers les œuvres la confirmation de ses recherches esthétiques, et portant un regard critique sur certaines tendances de l'art contemporain. C'est de l'intérêt de Gide pour Bonnard, Vuillard, ou encore Maurice Denis, mais aussi de ses réticences envers Matisse, et plus généralement de sa recherche d'un message pictural, qu'il sera question. Ces aspects seront abordés par des spécialistes du prix Nobel de littérature 1947, par des historiens de l'art et par la conservatrice du musée d’Uzès au cours de conférences accompagnées de projections.

Invitation 6eJournees JCG_2019_ok-2.jpg

Lire la suite

15
Jan.

Plusieurs notices viennent d'être publiées dans le dictionnaire en ligne :

Amyntas (par Diana Lefter)

L'Art Bitraire (par Augustin Voegele)

Bethsabé (par Augustin Voegele)

Les Cahiers d'André Walter (par Pierre Masson)

Les Interviews imaginaires (par Jocelyn Van Tuyl)

Oedipe (par Clara Debard)

L'Oroscope (par Augustin Voegele)

Prétextes et Nouveaux prétextes (par Augustin Voegele)

Le Treizième Arbre (par Augustin Voegele)

Bonne lecture !

        CAW.jpg                                              images.jpg                            L_Art_bitraire.jpg

Lire la suite

04
Jan.

La session Gide de la MLA, premier événement des festivités liées au cent-cinquenaire de la naissance de Gide, a eu lieu le vendredi 4 janvier 2019 de 15h30 à 16h45 dans la salle Missouri du Sheraton Grand Chicago.

La séance était présidée par Pamela Genova, qui en avait assuré l'organisation.

Conférenciers et titres

1. «150 Years and Counting: Gide and the Dynamics of Current Literary Studies », Pamela Antonia Genova (U of Oklahoma) 
2. « Daniel Guérin’s Militant Tribute to Gide », Christine M. Cano (Case Western Reserve U) 
3. « Esquisses pour une Europe à venir : André Gide et Klaus Mann », Paola Codazzi (Università di Bologna) 
4. « Par-delà la volupté de la chair’: Translating André Gide through Nathalie Stephens », Claire Nashar (U at Buffalo, State U of New York) 
 
chicago 690364 640 

Lire la suite

07
Déc.

Stéphanie Bertrand a donné une conférence sur La métaphore dans l'écriture (d'idées) gidienne : les ambivalences d’une pensée par images, dans le cadre du séminaire de master de Michela Gardini, à l'Université de Bergame (Italie), le vendredi 7 décembre.

Résumé de la conférence :   
Il s'agira dans un premier temps de cerner les enjeux du discours théorique de Gide sur la métaphore, en l'occurrence, les raisons de sa méfiance pour cette figure de style. Pourtant, nous verrons dans un deuxième temps que son écriture ne laisse pas d'y recourir, quel que soit le genre de l'oeuvre concernée : les métaphores sont nombreuses, dans ses fictions bien sûr, mais aussi dans son écriture personnelle (Journal, correspondance) et critique. Un échantillon permettra dès lors de réfléchir aux motifs de sa récurrence : traduit-elle une invincible aspiration poétique de Gide ? Participe-t-elle d'abord du style d'idées de l'écrivain ? Parmi elles, nous serons particulièrement attentifs aux métaphores empruntées à l'univers naturel. 
 
 
 
Locandina Stphanie Bertrand page 001
 
IMG 1844

Lire la suite

05
Déc.

Jean-Michel Wittmann a donné une conférence consacrée à André Gide dans le cadre du séminaire L'écriture de soi : une éthique de soi immoraliste ? animé par Camille Laurens et Isabelle Galichon, le mercredi 5 décembre au Columbia Global Centers, situé 4 rue de Chevreuse, dans le VIe arrondissement de Paris, de 18h30 à 20h30... dans les murs de ce qui était à la fin du XIXe siècle la Pension Keller, fréquentée par Gide entre 1885 et 1888 !

Le programme complet du séminaire est disponible ici.

 

courtyard 2

Lire la suite

27
Nov.

Une nouvelle publication vient enrichir la collection "Bibliothèque gidienne" aux éditions Classiques Garnier : 

EymMS01b

 

Ce livre, fait d’articles rédigés au cours de plusieurs décennies, vient éclairer en André Gide le moraliste, le gourou sans doctrine. André Gide écrivit, et vécut, orienté par le souci de ses lecteurs. Il incite à l’autonomie morale, et s’avère étonnamment utile pour notre temps, et pour tout temps.

Sommaire de l'ouvrage :

Pages 9 à 11

 

PREMIÈRE PARTIE

ANDRÉ GIDE ET NOUS

Pages 63 à 65

DEUXIÈME PARTIE

GIDE, VUES DENSEMBLE

TROISIÈME PARTIE

DE PALUDES À AINSI SOIT-IL

Pages 111 à 123
Pages 161 à 174
 
Pour plus de détails, voir le site de l'éditeur ici.

 

 

 

Lire la suite

31
Oct.

 Journée d'étude organisée par Carmen Saggiomo (Università degli studi della Campania)

et Jean-Michel Wittmann (Université de Lorraine)

le 31 octobre 2018 à Caserte (Università degli studi della Campania, Italie).

affiche Caserte 2018

 

Programme :

9h Accueil des participants : Pasquale Femia (Directeur du Département de Sciences politiques "Jean Monnet")
9h30 Ouverture (Carmen Saggiomo, Università della Campania Luigi Vanvitelli & Jean-Michel Wittmann, Université de Lorraine)

9h45 – 11h
Présidence de séance : Jean-Michel Wittmann (Université de Lorraine)

9h45 – 10h15 Riccardo Benedettini (Fondazione UniverMantova)
« L’humanité n’est pas simple. » Gide lecteur de Balzac.

10h15 – 10h45 Chantal Pierre (Université de Nantes)
Les larmes, de Flaubert à Gide.

10h45 – 11h : Discussion

11h – 11h15 : Pause

11h15 – 12h30
Présidence de séance : Rosanna Gorris (Università di Verona)

11h15 – 11h45 Pierre Masson (Université de Nantes)
1900, frontière infranchissable ?

11h45 – 12h15 Emilia Surmonte (Università della Basilicata)
Le Roman du XIXe siècle et L’Immoraliste : rupture ou continuité ?

12h15 – 12h30 : Discussion

12h30 – 14h30 : Déjeuner

14h30 – 16h30
Présidence de séance : Pierre Masson (Université de Nantes)

14h30-15h Jean-Michel Wittmann (Université de Lorraine)
Gide et le suicide, de Dostoïevski à Durkheim

15h-15h30 Carmen Saggiomo (Università della Campania Luigi Vanvitelli)
Gide face à Wilde : l’héritage difficile du King of life

15h30-16h Augustin Voegele (Université de Lorraine)
Le Chopin de Gide, un classique du XIXe siècle ?

16h-16h30 Discussion et conclusion

IMG 20181031 115722

 Augustin Voegele & Pierre Masson

 

PHOTO 2018 11 08 21 56 01

 De gauche à droite : Chantal Pierre, Jean-Michel Wittmann, Carmen Saggiomo & Riccardo Benedettini

Lire la suite

30
Oct.

Parmi les lieux les plus appréciés de Gide, infatigable voyageur, on compte l'Italie - la Campanie en particulier et, plus précisément encore, la belle Sorrente, ville côtière située au sud de Naples.

A l'invitation du Centre de documentation Roland Barthes, et en collaboration avec l'Institut de la culture Torquato Tasso, Pierre Masson a prononcé une conférence sur "Les séjours sorrentins d'André Gide", à Sorrente, le mardi 30 octobre 2018, avec le concours d'Emilia Surmonte, qui a assuré la traduction simultanée en italien. 

 

PHOTO 2018 10 30 17 06 08

Emilia Surmonte, micro à la main, et Pierre Masson qui s'exprimait en français et en napolitain (avec les mains !)

 

20181030 131756

 

 

 

 

Lire la suite

19
Oct.

Fotios Tsonis a soutenu sa thèse, « L’ambiguïté salvatrice et destructrice dans l’œuvre romanesque d’André Gide », préparée sous la direction de Frank Lestringant (Sorbonne Université) le 19 octobre 2018, à Paris. Le jury, composé également de Carole Auroy (Université d’Angers), de Pierre Masson (Université de Nantes) et de Jean-Michel Wittmann (Université de Lorraine), lui a décerné la mention "très honorable".

Résumé. La présente étude vise à démontrer que l’ambiguïté qui tourmente l’existence de l’écrivain est, à la fois, salvatrice et destructrice, tout en explorant l’impact de celle-ci sur l’œuvre gidienne et les mœurs contemporaines. En étudiant les écrits de Gide, on a l’impression d’assister à un dialogue où s’affrontent des opinions opposées. L’ambiguïté qui émane du caractère ambivalent de Gide et qui laisse entrevoir ses expérimentations stylistiques à la quête du renouvellement de l’écriture classique, y est examinée. Dans L’Immoraliste, Gide pose la question de la liberté individuelle face à la contrainte sociale. Ensuite, La Porte étroite constitue la critique du protestantisme d’une part, et la critique de l’impuissance virile de l’autre. Quant aux Caves du Vatican, le catholicisme s’y trouve attaqué. Gide y assimile la puissance religieuse à l’argent et théorise l’acte gratuit. La Symphonie pastorale oppose la cécité physique à la cécité morale ; christianisme et paganisme s’y trouvent liés et confrontés à travers un amour impie et aberrant. Suivent les quatre dialogues socratiques de Corydon, un vrai plaidoyer en faveur de la pédérastie. Les Faux-Monnayeurs sont en quelque sorte la conclusion de l’œuvre romanesque et la somme de ses inquiétudes, donc le comble de son ambivalence. Un ensemble de thèmes qui touche à l’intégralité de la vie sociale y est abordé, mettant en relief la fausseté de ses contemporains. Enfin, Gide se livre à travers Si le grain ne meurt et revendique l’inscription de sa perversion dans la normale, tout en avouant que les autobiographies ne peuvent être qu’à demi-sincères.

Lire la suite

06
Sep.

GrandeMaison et alentours

 

La Fondation des Treilles, créée par Anne Gruner Schlumberger, est située près de Tourtour (Var). La Fondation organise des séminaires de recherche, offre des séjours d’étude, octroie des prix à de jeunes chercheurs et accueille en résidence des auteurs d’essais ou de fiction ainsi que des artistes photographes.

Dans le cadre de son Centre André Gide-Jean Schlumberger, la Fondation décerne annuellement un prix de 20 000 euros. Cette dotation est destinée à la réalisation d’un projet de recherche de niveau doctoral ou postdoctoral en littérature, en sciences humaines ou en sciences sociales, s’appuyant sur le fonds d’archives de la Fondation des Treilles.

Le Centre décerne en outre chaque année le prix de la Fondation Catherine Gide, doté de 20 000 euros. Ce prix a pour vocation d’encourager la rédaction d’une étude ou d’un essai (littéraire, artistique ou historique) ayant pour objet André Gide, son œuvre et son rayonnement intellectuel.

Ces prix sont attribués pour une année complète durant laquelle les lauréats doivent se rendre entièrement disponibles au moins un semestre pour se consacrer à leur projet. La remise du prix peut éventuellement être différée (au maximum d’un an) si un délai s’avère nécessaire à l’obtention de cette disponibilité.

Outre l’aide financière, les lauréats bénéficient d’un accueil personnel au domaine des Treilles pour la durée utile à la consultation directe des archives.

Le formulaire et les modalités d’inscription sont téléchargeables sur le site http://www.les-treilles.com

Date limite de candidature : 15 décembre 2018.

Page dédiée : https://www.les-treilles.com/les-prix-2/prix-du-centre-jean-schlumberger/

Lire la suite

28
Aoû.

André Gide, Les Anthologies du Bulletin des Amis d’André Gide, Tome I – Textes inédits et pages retrouvées

Édition de Pierre Masson

Ce recueil rassemble tous les textes de Gide, inédits ou oubliés dans des revues inaccessibles, que le Bulletin des Amis d’André Gide a publiés en 50 ans d’existence. Ils sont ici présentés en quatre catégories, souvenirs, engagements, essais, fictions, accompagnés de notices détaillées.

 

 Paris, Classiques Garnier, "Bibliothèque gidienne", n° 6, 444 p.

 

Commander l'ouvrage ici.

Lire la suite

26
Juil.

AGoulet mai 2015lain Goulet est décédé accidentellement le mardi 26 juin, alors qu’il effectuait un voyage au Sri Lanka. Professeur émérite de l’Université de Caen, il poursuivait des recherches sur l’œuvre de Gide depuis plus de cinquante ans, avec une passion intacte. On lui doit notamment d’importants travaux sur Les Caves du Vatican et Les Faux-monnayeurs. Un hommage sera rendu à cette grande figure des études gidiennes dans le prochain Bulletin des Amis d’André Gide.

Lire la suite

10
Juil.

Un groupe de recherche intitulé "Gide Remix" est né récemment dans le cadre du laboratoire ILLE de l'Université de Haute-Alsace. Présentation.

 

 Résultat de recherche d'images pour "uha mulhouse"       Résultat de recherche d'images pour "ille mulhouse"  Résultat de recherche d'images pour "fondation catherine gide"Résultat de recherche d'images pour "nova tris"

 

Pour valoriser et renforcer les travaux sur André Gide entrepris au sein de l’Institut de recherche en langues et littératures européennes (ILLE, EA 4363) et conformément aux axes de recherche qui structurent les activités de l’Institut, le Groupe « Gide Remix », composé de spécialistes et de jeunes chercheurs, s'attache à étudier les multiples facettes de cet écrivain protéen, avec une attention portée au rayonnement international des études sur son œuvre.

Gide se définit à la fois comme « poète » – au sens mallarméen – et « inquiéteur ». Mais Gide est également le « contemporain capital » (André Rouveyre), « le démoniaque » (Henri Massis), le « grand Européen » (Klaus Mann). Autant de visions de l’écrivain qu’il s’agit de reconsidérer à la lumière du présent : Gide, « grand Européen » de son temps, l’est-il encore pour le nôtre ? Sous quelle forme sa personne, son œuvre, sa pensée, nous aident-elles à comprendre notre Europe, notre monde ?

Avant l’entrée de Gide dans le domaine public en 2021 (qui va sans doute réorienter le regard du public sur l’écrivain et peut-être modifier l’évolution des études gidiennes), le moment semble être venu pour (re)construire un portrait fidèle de l’auteur et (re)considérer la complexité d’une pensée et d’une œuvre qui ne cessent – bien que différemment, selon le temps et les lieux – de nous interroger.

Le Groupe envisage de développer des recherches portant sur les axes suivants :

  • la circulation et la réception de l’œuvre et de la pensée de Gide en Europe ;
  • la circulation et la réception de ce « grand Européen » dans le monde ;
  • les notions d’interculturalité et de perméabilité des frontières (géographiques, linguistiques, artistiques, etc.) ;
  • les relectures contemporaines de l’écrivain, au prisme d’autres disciplines et d’autres arts (musique, peinture, photographie, etc.) ;
  • la « critique de la critique », dans une perspective à la fois diachronique et internationale.

Plusieurs activités scientifiques et de vulgarisation sont prévues pour l’année 2018-2019 avec le soutien de la Fondation Catherine Gide et de NovaTris (Centre de compétences transfrontalières). Le cycle « Gide Remix » sera l’occasion d’interroger différents domaines (bande dessinée, peinture, musique, etc.) dans le but de réfléchir sur l’actualité critique et artistique de l’écrivain. Le projet vise, d’une part, à intéresser un public de connaisseurs – qui vont peut-être découvrir Gide sous un autre jour –, et d’autre part, à capter l’attention des novices, qui seront à leur tour surpris de la richesse et de la modernité de l’écrivain. 

Parmi les autres manifestations organisées par le groupe, signalons également : 

- le colloque « André Gide et ses lettres » organisé du 14 au 16 mars 2019 par Peter Schnyder et Paola Codazzi à Paris, avec la collaboration de l’A.I.R.E., de la bibliothèque littéraire Jacques Doucet, de la bibliothèque Sainte-Barbe et de la bibliothèque Sainte-Geneviève. Ce colloque sur l’écriture épistolaire de Gide invite les spécialistes à s'intéresser à ce champ vaste et polymorphe qu’est la correspondance gidienne. Appel à communication disponible ici.

- une journée d'étude intitulée « Gide privé, Gide public » organisée par Augustin Voegele le 23 novembre 2019, à Paris, à la mairie du XIe arrondissement.

Pour encourager les jeunes lecteurs d’aujourd’hui et de demain, la Fondation Catherine Gide est par ailleurs investie dans la création, à la bibliothèque universitaire de Mulhouse, d’un fonds documentaire de et sur André Gide. Le fonds, dont la mise en place est prévue pour début 2019, accueillera des ouvrages provenant d’horizons culturels divers, afin de mettre en avant, dans le sillage des activités promues par le Groupe de recherche « Gide Remix », ce qui se fait autour de l’écrivain en Europe et dans le monde.

Pour tout renseignement, merci de contacter Martina Della Casa (Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.), porteur du projet.

Lire la suite

06
Juil.

Anne Frenzel a soutenu sa thèse, « La Physiognomonie au coeur des Caves du Vatican  », préparée sous la direction de Martine Sagaert (Université de Toulon), le 6 juillet. Le jury était composé également de Jacques-Emmanuel Bernard (Université de Toulon), Pierre Masson (Université de Nantes) et de Peter Schnyder (Université de Haute-Alsace).

 

 

Résumé fourni par la candidate : 

Lire Les Caves du Vatican au XXIe siècle, c’est prendre la posture de l’historien, sinon du sociologue ; c’est sous différents angles, découvrir la richesse des questionnements d’André Gide ; c’est faire par le biais du regard distancié de l’écrivain en quête de vérités multiples, une analyse contextuelle, historique et sociologique. Cela, afin de déceler, sous l’ironie, le tragique d’une sotie dont l’écriture s’étire de 1893 à 1913, période au sein de laquelle sourd l’esprit de la physiognomonie qui se développe dans les cours d’assises, dans la presse, dans la caricature. Ce condensé de représentations mentales qui s’agrège à la physiognomonie occupe donc à l’articulation des XIXe et XXe siècles, une place prépondérante.

Si André Gide éprouve le désir de découvrir « l’être authentique qui se cache derrière le vêtement de chair », ce n’est pas seulement à cet endroit que se manifeste sa curiosité dans Les Caves du Vatican, mais dans les questions de justice, de lois, de problèmes existentiels individuels et collectifs. Cette thèse qui apprécie le dialogue que l’auteur entretient avec son lecteur a pour but de montrer combien il est difficile d’échapper à l’air de son temps, et combien Gide est ingénieux pour parler de la problématique notion de physiognomonie, sans jamais la citer ; combien Gide est habile pour amener son lecteur à la réflexion, et combien Gide est actuel en posant la question de l’altérité, et en montrant que certains problèmes posés au début de l’œuvre, — qui concernent la physiognomonie —, peuvent ensuite s’évanouir quand d’autres restent vibrants.

Lire la suite

Le site du CEG a été réalisé grâce au soutien de la Fondation Catherine Gide, avec la participation de l’Association des Amis d’André Gide. Il a été réalisé en partenariat avec Martine Sagaert, responsable du site originel andre-gide.fr, créé en 2006 avec des étudiant.e.s de l'I.U.T. des Métiers du Livre de Bordeaux.