Un Centre dédié à la recherche sur André Gide

Le Centre d’Études Gidiennes a vocation à coordonner l'activité scientifique autour de Gide, diffuser les informations relatives aux manifestations gidiennes et à rendre visibles et accessibles les études qui lui sont consacrées.
En savoir +

Nous trouver

Centre d’études gidiennes Bureau 49, bâtiment A UFR Arts, lettres et langues Université de Lorraine Île du Saulcy F-57045 Metz cedex 01

Nous écrire

Stephanie Bertrand Jean-Michel Wittmann
En savoir +

L'Agenda Gide

Février 2019
L Ma Me J V S D
1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28

Prétextes : ressources en ligne

 

C’est en 1903, au Mercure de France, que Gide publie Prétextes, où il réunit quelques-uns des textes qu’il a publiés depuis 1898. Le volume porte bien son nom : car la critique, si Gide la pratique comme un art (on connaît le paradoxe wildien cher à Gide : « L’imagination imite, l’esprit critique crée ! »), est avant tout pour l’écrivain un prétexte pour définir les contours de sa propre esthétique, et même parfois de sa propre personnalité. Le sous-titre, d’ailleurs, est révélateur, surtout sous la plume de l’auteur de L’Immoraliste : Réflexions sur quelques points de littérature et de morale.

Jetons un œil sur le sommaire. Gide reprend pour commencer deux conférences : « De l’influence en littérature », prononcée à Bruxelles le 29 mars 1900, et « Les Limites de l’art », « préparée pour l’exposition des Artistes indépendants » de 1901, mais que Gide ne prononça pas. Dans la première, c’est une politique de la littérature qu’il propose : il s’interroge en creux, et sans aucune prétention à l’autorité, sur son propre statut de (potentiel) grand écrivain. Dans la seconde, ce sont les fondements mêmes de son esthétique que Gide expose : l’art naît de ses limites, et vit de les repousser…

Suivent trois textes relatifs, de près ou de loin, à Barrès : « À propos des Déracinés » (L’Ermitage, février 1898), « La Querelle du peuplier » (L’Ermitage, novembre 1903) et « La Normandie et le Bas-Languedoc » (L’Occident, novembre 1902). Gide s’y peint en déraciné, et c’est de l’écrivain presque plus que de la littérature qu’il est question.

Viennent ensuite les « Lettres à Angèle » (L’Ermitage, 1898‑1900), donc Gide modifie la structure au moment de les reprendre dans Prétextes. Les titres des lettres (« I. Mirbeau, Curel, Hauptmann » ; « II. Signoret, Jammes » ; « III. Les naturistes » ; « IV. Barrès, Maeterlinck » ; « V. Verhaeren, Pierre Louÿs » ; « VI. Stevenson et du nationalisme en littérature » ; « VII. De quelques récentes idolâtries » ; « VIII. Sada Yacco » ; « IX. De quelques jeunes gens du Midi » ; « X. Les Mille Nuits et Une Nuit du Dr Mardrus » ; « XI. Max Stirner et l’individualisme » ; « XII. Nietzsche ») font presque attendre une galerie de portraits, un peu à la façon du Livre des masques de Gourmont… Mais Gide n’est pas Gourmont, et il s’attache avant tout à démasquer les écrivains qu’il lit – ceux qu’il admire et qu’il envie, comme Signoret et Jammes, aussi bien que ceux qu’il méprise, comme Stirner.

La section suivante, intitulée « Quelques livres », réunit des comptes rendus parus en 1900 dans La Revue blanche. Gide y parle des Histoire souveraines de Villiers de l’Isle-Adam, du Livre du petit gendelettre de Maurice Léon, de L’Ennemie des rêves de Camille Mauclair, de La Double Maîtresse d’Henri de Régnier, du Livre des Mille Nuits et Une Nuit et de La Route noire de Saint-Georges de Bouhélier (1900). Curieusement, c’est une « Lettre à M. Saint-Georges de Bouhélier » qui clôt la section. C’est un Gide capable de férocité comme d’admiration qui s’exprime dans ces textes. Mais c’est surtout un Gide profondément ambigu que l’on découvre : à l’évidence, il est en proie à la tentation de la théorie, mais il se refuse à pratiquer une parole sentencieuse. Dès qu’il se risque à donner un aphorisme, il recourt à l’épanorthose pour affaiblir sa propre autorité de théoricien : « L’art suprême supplante l’inexistante réalité », écrit-il à propos de Villiers de l’Isle-Adam ; mais immédiatement il ajoute que cet art suprême n’est « qu’une admirable et éblouissante imposture ».

L’avant-dernière section est présentée comme un « supplément » : y sont repris quatre textes (tous parus dans L’Ermitage de décembre 1901) sur Almaïde d’Étremont de Francis Jammes, La Tragédie du nouveau Christ de Saint-Georges de Bouhélier, Figures et caractères et Les Amants singuliers d’Henri de Régnier, et Les Vingt et Un Jours d’un neurasthénique d’Octave Mirbeau.

Enfin, pour clore le recueil, Gide rassemble, sous le titre « In memoriam », trois tombeaux critiques : celui de Mallarmé (L’Ermitage, octobre 1898), celui d’Emmanuel Signoret (L’Ermitage, mars 1901) et celui d’Oscar Wilde (L’Ermitage, juin 1902). Son hommage à l’insolent dandy est particulièrement intéressant, et ce pas uniquement parce qu’il était courageux à l’époque de prendre la défense du martyr homosexuel que fut Wilde : ce qui retient l’attention, c’est que Gide s’abrite derrière la figure de Wilde pour se comporter en théoricien de l’art. Rapportant certains de ses dialogues avec l’écrivain irlandais, il prête, selon un procédé qui lui est cher, certaines de ses idées à son interlocuteur, ce qui lui permet de risquer des hypothèses qu’il n’oserait s’attribuer à lui-même. Ne citons qu’un exemple, particulièrement significatif : « L’œuvre d’art est toujours unique. La nature […] se répète toujours ».

On signalera pour terminer qu’à l’exception du petit essai sur « La Normandie et le Bas-Languedoc », repris dans le volume des Souvenirs et voyages, tous les textes recueillis dans Prétextes sont disponibles dans l’édition Pléiade (1999) des Essais critiques.

 

Augustin Voegele

 

Bibliographie indicative

« Le Dossier de presse de Prétextes : Jean de Gourmont », dans Bulletin des Amis d’André Gide, no 117, janvier 1998, p. 142‑144.

Béguin, Albert, « Gide critique et créateur », dans Les Critiques de notre temps et Gide, Paris, Garnier Frères, 1971, p. 163-166. 

Bertrand, Stéphanie, Gide et l’aphorisme. Du style des idées, Paris, Classiques Garnier, 2018. 

Braak, Sybrandi, « André Gide, critique littéraire », dans André Gide et l’âme moderne, Paris, Kruyt, 1923, p. 165 et suivantes.

Claude, Jean, « Peter Schnyder, Pré-textes. André Gide et la tentation de la critique », dans Littératures, no 19, 1988, p. 202‑204, en ligne : https://www.persee.fr/doc/litts_0563-9751_1988_num_19_1_1458_t1_0202_0000_2

Davies, John C., « Gide as Literary Critic », dans Modern Languages, mars 1959, p. 12-17. 

Fraisse, Emmanuel, « Gide et la lecture : comment se constituer en conscience critique », dans Francis Marcoin et Fabrice Thumerel (éds.), Manières de critiquer, Arras, Artois Presses Université, 2001, p. 71‑82.

Ireland, George William, « Gide et Valéry, précurseurs de la nouvelle critique », dans Les Chemins actuels de la critique, Paris, Union Générale d’Éditions, 1968, p. 34‑57.

Krebber, Günter, Untersuchungen zur Ästhetik und Kritik André Gides, Genève, Droz, 1959.

Martin, Claude, « André Gide critique de Georges Simenon », dans Bulletin des Amis d’André Gide, no 34, avril 1977, p. 39‑44.

Masson, Pierre, « Introduction », dans André Gide, Essais critiques, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1999, p. IX-LXXVI.

Mercier, Christophe, « Gide critique », dans Commentaire, no 88, 1999, p. 1013‑1015, en ligne : https://www.cairn.info/revue-commentaire-1999-4-page-1013.htm

Ninomiya, Masayuki, « Du “Subjectif” aux Prétextes. La formation de Gide critique », dans Gide et la fonction de la littérature, Paris, Minard, 1972, p. 9-26.

Prévost, Jean, « André Gide critique », dans André Gide, Paris, Éditions du Capitole, 1928, p. 235‑246.

Rupolo, Wanda, « Gide, critico del romanzo », dans Nuova Antologia, 117e année, vol. 549, fasc. 2142, avril‑juin 1982, p. 288-302.

Schnyder, Peter, « Gide critique du roman des années 1900 », dans Bulletin des Amis d’André Gide, no 70, avril 1986, p. 65-81.

Schnyder, Peter, « Gide critique et ses premiers critiques », dans Bulletin des Amis d’André Gide, no 77, janvier 1988, p. 83-95.

Schnyder, Peter, Pré-textes : André Gide et la tentation de la critique, Paris, L’Harmattan, 2001.

Schnyder, Peter, « “Vous pouvez tout raconter [...] ; mais à condition de ne jamais dire : Je”. Gide critique de Proust », dans Hélène Baty-Delalande (éd.), André Gide, Les Faux-monnayeurs. Relectures, Paris, Publie-net, 2013, p. 174-195.

Stackelberg, Jürgen von, Drei Dichter als Kritiker : André Gide, Marcel Proust, Paul Valéry, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, 1965.

Sullivan, Margaret Mae, « André Gide, critique littéraire », thèse de doctorat, Université de Paris, 1954.

Thibaudet, Albert, « De la critique gidienne », dans Réflexions sur la critique, Paris, Gallimard, 1939, p. 231‑237.

Voigt, Fritz-Georg, « André Gide als literarischer Kritiker », thèse de doctorat, Université d’Iéna, 1921.

 

Le site du CEG a été réalisé grâce au soutien de la Fondation Catherine Gide, avec la participation de l’Association des Amis d’André Gide. Il a été réalisé en partenariat avec Martine Sagaert, responsable du site originel andre-gide.fr, créé en 2006 avec des étudiant.e.s de l'I.U.T. des Métiers du Livre de Bordeaux.