Un Centre dédié à la recherche sur André Gide

Le Centre d’Études Gidiennes a vocation à coordonner l'activité scientifique autour de Gide, diffuser les informations relatives aux manifestations gidiennes et à rendre visibles et accessibles les études qui lui sont consacrées.
En savoir +

Nous trouver

Centre d’études gidiennes Bureau 49, bâtiment A UFR Arts, lettres et langues Université de Lorraine Île du Saulcy F-57045 Metz cedex 01

Nous écrire

Stephanie Bertrand Jean-Michel Wittmann
En savoir +

L'Agenda Gide

Mai 2019
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31

Vous trouverez en bas de cette page plusieurs ressources critiques en ligne sur cette oeuvre. Elles figurent en couleur.

Commençons par résumer l’affabulation de Bethsabé (1902‑1908). Bethsabé est l’épouse du Hétien Urie, dont David se considère comme le débiteur : en effet, ce vaillant soldat, à plusieurs reprises, a risqué sa vie pour le roi. David souhaite recevoir Urie, mais ce dernier se refuse à pénétrer dans le palais avant que la ville de Rabba ne soit prise. C’est donc le soldat qui reçoit le roi, dans son petit jardin aménagé « dans le creux des murailles » du palais. Et là, dans cet humble abri, la reconnaissance du roi se transforme en envie : David comprend que le dénuement dans lequel vit Urie pourrait bien être préférable au pouvoir et au faste. Il cède alors, sans l’assouvir, à son violent désir de dépouillement : il prend Bethsabé, la femme d’Urie, mais se rend compte que ce n’est pas elle seule qu’il voulait, mais elle dans son jardin ombreux, avec sa vigne rouge. Une fois le crime commis, David est dévoré par le délire : il a des visions hallucinatoires, et raconte notamment avoir reçu la visite du spectre d’Urie, dont il a provoqué la mort en l’envoyant en première ligne…

Faut-il considérer Bethsabé comme un drame, un récit, un traité, un poème ? Sans un peu de tout cela à la fois. C’est au printemps 1902 que vient à Gide l’idée d’écrire un drame en trois actes où il exploiterait l’histoire biblique de David et de Bethsabée. Il en commence la rédaction en novembre 1902. Très vite, le drame se transforme en un quasi-monologue (en dehors de David, seuls deux personnages parlants mais secondaires – le général Joab et un serviteur – et un personnage muet – Bethsabé sous son voile de deuil – apparaissent sur la scène) ressemblant fort à un « poème dramatique ». D’ailleurs, si Gide pense à Édouard de Max pour jouer David, et s’il tiendra à ce que Bethsabé soit publié dans son Théâtre complet, il classe le texte parmi ses « traités », et le considère comme une « production[…] lyrique[…] » (lettre à Franz Blei datée du 23 avril 1908).

Bethsabé fait donc partie des œuvres « bibliques » de Gide, qui s’inspire très librement du Deuxième Livre de Samuel, XI‑XII, tout en exploitant un récit de la tradition arabe qui lui a été conté par Athman lors de son deuxième séjour en Algérie en 1896. Le texte, qui s’apparente à un « autre traité du vain désir » (Jean Claude), ou plus exactement encore à un traité du vain assouvissement, fait écho à de nombreuses autres œuvres gidiennes – à commencer par Saül, David étant à son tour en proie aux angoisses et aux hallucinations, et par Le Roi Candaule, la relation de passion-concurrence entre David et Urie n’étant pas sans rappeler celle entre Candaule et Gygès. C’est aussi un Gide déjà politique qu’on découvre dans Bethsabé, avec la figure du « riche » (dans tous les sens du terme) qui veut tout posséder, même la pauvreté. On remarquera par ailleurs l’audace dont Gide fait preuve en écrivant un drame dont deux des personnages centraux sont absents, ou peu s’en faut : Urie n’apparaît à aucun moment sur la scène, seul le serviteur que lui envoie David lui servant de porte-parole ; quant à Bethsabé, elle apparaît, mais furtivement, muettement, et sous un voile qui l’apparente à un spectre.

Terminons avec quelques précisions génético-bibliographiques : les scènes I et II de Bethsabé, rédigées en novembre‑décembre 1902, paraissent dans L’Ermitage, respectivement en janvier et en février 1903. Ce n’est qu’en 1908 que Gide termine Bethsabé, qui paraît dans son intégralité dans le numéro de décembre 1908‑janvier 1909 de Vers et prose. En 1912, le drame-traité paraît en volume dans la Bibliothèque de l’Occident ; la même année, les Éditions de la NRF publient le texte dans Le Retour de l’Enfant prodigue, précédé de cinq autres traités (p. 147‑171). Puis, en 1947, Bethsabé, selon le vœu de Gide, est repris dans le tome II du Théâtre complet (Neuchâtel, Ides et Calendes, p. 147‑167). Mais c’est évidemment l’édition « Pléaide » (Romans et récits, œuvres lyriques et dramatiques, tome I, 2009, p. 797‑809) qu’il convient aujourd’hui de consulter. Enfin, signalons que, si la pièce n’a été que rarement jouée, elle a inspiré un « pantomimisches Oratorium » (1936) au compositeur Will Eisenmann.

 

Augustin Voegele

 

Bibliographie raisonnée

Claude, Jean, André Gide et le théâtre, 2 vols., Paris, Gallimard, 1992.

Claude, Jean, « Bethsabé, un autre traité du vain désir », dans Lectures d’André Gide. Hommage à Claude Martin, Lyon, Presses Universitaires de Lyon, 1994, p. 85‑94, en ligne : http://www.gidiana.net/DOSSIERS_CRITIQUES/DOCUMENTS/Claude_Bethsabe.html

Claude, Jean, « Notice pour Bethsabé », dans André Gide, Romans et récits, œuvres lyriques et dramatiques, tome I, Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 2009, p. 1419-1423.

Debard Clara, « Les enjeux de la référence biblique dans le triptyque théâtral Saül, Bethsabé, Le Retour de l’Enfant prodigue », dans Jean-Michel Wittmann (dir.) Gide et la Bible, Actes du Colloque de Metz, Bulletin des Amis d’André Gide, n° 179/180, juillet-octobre 2013, p. 71-85.

Gätjens, Sigrid, « Die Umdeutung biblischer und antiker Stoffe im dramatischen Werk von André Gide. Studien zu Saül und Bethsabé, Perséphone und Œdipe », thèse de doctorat, Universität Hamburg, 1993.

Lanoix, Francine, « Le Rôle de la femme dans l’œuvre de jeunesse d’André Gide », mémoire de licence, Montréal, Université McGill, 1970, en ligne : https://www.andre-gide.fr/images/Ressources-en-ligne/Approche-transversale/memoires/Le-role-de-la-femme-dans-les-oeuvres-de-jeunesse-dAndre-Gide-.pdfhttps://www.andre-gide.fr/images/Ressources-en-ligne/Approche-transversale/memoires/Le-role-de-la-femme-dans-les-oeuvres-de-jeunesse-dAndre-Gide-.pdf

Lefter, Diana-Adriana, « Mythe et séduction du pouvoir dans Saül et Bethsabé d’André Gide », dans Diacronia, 2009, en ligne : http://www.diacronia.ro/ro/indexing/details/A5743/pdf

Mazzocchi Doglio, Mariangela, « “Tous les démons de la Judée m’habitent” : ispirazione biblica in alcuni drammi di André Gide », dans Altre modernità, juin 2011, p. 193‑200, en ligne : https://riviste.unimi.it/index.php/AMonline/article/view/1179/1388

Riippa, Anne, « Réécritures bibliques chez Paul Claudel, André Gide et Albert Camus. Une étude intertextuelle sur dix œuvres littéraires », thèse de doctorat, Université Paris III, 2013, en ligne : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00952919/documenthttps://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00952919/document

Riippa, Anne, « Les transformations formelles du récit biblique dans Bethsabée d’André Gide », dans Narrative Matters, juin 2014, en ligne : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01081887/document

 

 

Le site du CEG a été réalisé grâce au soutien de la Fondation Catherine Gide, avec la participation de l’Association des Amis d’André Gide. Il a été réalisé en partenariat avec Martine Sagaert, responsable du site originel andre-gide.fr, créé en 2006 avec des étudiant.e.s de l'I.U.T. des Métiers du Livre de Bordeaux.