Un Centre dédié à la recherche sur André Gide

Le Centre d’Études Gidiennes a vocation à coordonner l'activité scientifique autour de Gide, diffuser les informations relatives aux manifestations gidiennes et à rendre visibles et accessibles les études qui lui sont consacrées.
En savoir +

Nous trouver

Centre d’études gidiennes Bureau 49, bâtiment A UFR Arts, lettres et langues Université de Lorraine Île du Saulcy F-57045 Metz cedex 01

Nous écrire

Stephanie Bertrand Jean-Michel Wittmann
En savoir +

L'Agenda Gide

Août 2019
L Ma Me J V S D
1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31

Le 2 avril 2019 a eu lieu la quatrième rencontre du cycle de conférences / performances « Gide Remix », organisé par l’Université de Haute-Alsace à l’occasion du 150ème anniversaire de la naissance de l’écrivain. La soirée s’est déroulée sur le campus La Fonderie, ancien bâtiment industriel qui accueille aujourd’hui les salles de cours et la bibliothèque de la Faculté des Sciences économiques, sociales et juridiques. C’est justement au niveau de la bibliothèque que le public a eu l’occasion de visiter l’exposition réalisée par un groupe d’élèves de terminale du lycée professionnel privé Joseph Cluny de Mulhouse en collaboration avec les membres du groupe de recherche « Gide Remix ».

 

IMG 3431

 ©PC

Au cours de la soirée, Roseline Liechty – professeure au lycée Cluny et co-présidente du Salon photo de Riedisheim – est revenue sur les origines du projet : une réflexion sur le métier d’écrivain et sur son évolution. Du mois d’octobre au mois de mars, les élèves ont observé en classe une série d’images provenant des archives de la Fondation Catherine Gide, en s’interrogeant sur la manière dont l’auteur montre son visage à la caméra. Ils en ont retenu des constantes, qu’ils ont soit repris, soit remis en cause, en se glissant dans la peau du « contemporain capital ». André Gide hier et aujourd’hui : tel est le fil rouge qui parcourt l’exposition, où l’un des auteurs les plus photographiés en son temps rencontre notre époque (et ses jeunes lecteurs).

Gestes et outils, méthodes et habitudes : ces mots-clés ont servi de guide aux élèves pour repenser le quotidien du travail de Gide. La cigarette est toujours présente, le sourire presque jamais au rendez-vous, car comme le rappelle quelqu’un : « Gide est toujours très sérieux, même quand il travaille avec ses amis ». Or, s’il est vrai que l’écriture représente pour l’auteur un plaisir intime, solitaire, sa pensée s’épanouit dans l’échange, dans le partage, qui représente un moment essentiel de son processus créateur. Suivant cette piste de réflexion, les élèves ont essayé, par l’image, de mettre en valeur la notion de dialogue, qui apparaît pour l’auteur, à la fois comme un mode de vie et une forme de l’esprit. Et cela dans une perspective résolument moderne : le papier  sur lequel l’écriture de Gide court « fine, généreuse, très dessinée » (Peter Schnyder) – est supplanté par l’ordinateur, ou par le portable, capturant le regard du créateur et de ses amis. Le choix des objets a été fait par les élèves, qui se sont laissés guider par un souci d’actualisation, dans le but de créer un effet de contraste. Mais l’expérience du shooting – réalisé dans le studio mis à disposition par L’Aronde de Riedisheim – a montré que les avis étaient plutôt partagés. Un exemple : la tenue vestimentaire. Quelqu’un est arrivé avec un manteau gris, jamais porté en classe, probablement guidé par un souci de mimétisme. Un autre, entré dans la salle en t-shirt sportif et baskets, plusieurs bagues sur le même doigt, répond ainsi à la provocation d’un camarade : « Gide n’aurait jamais pensé que quelqu’un ose faire cela ». 

 

                                             IMAG1       IMAG2 

                                              IMAG3        IMAG4

©Archives Fondation Catherine Gide & Gide remix

Sans intention parodique, mais avec audace, les élèves jouent avec l’image de Gide, la manipulent, la rendent souple. L’exposition se compose sous forme de puzzle : le présent se juxtapose au passé, le portrait à la parole. Des extraits des œuvres de l’écrivain, ou encore des témoignages de ses contemporains accompagnent le spectateur dans la visite : avec un naturel qui était le produit d’un grand art et parallèlement d’une profonde sincérité envers lui-même, il se présente comme un « homme qui s’est donné la peine d’être ce meilleur homme qu’un homme puisse être » (pour reprendre les mots de Maurice Sachs). Si les contours de cette figure restent insaisissables, les différents éléments contribuent à la composition d’une image éclatée, mais parfaitement fidèle et cohérente. Roselyne Liechty, qui a guidé ses élèves tout au long du projet – avec le support constant des membres du groupe de recherche « Gide remix » – a tenu à souligner le difficile travail fait pour harmoniser l’ensemble. Son expérience de photographe l’a amenée à privilégier la création d’une série : les prises de vue en studio forment un tout unitaire, créant un effet intéressant lorsqu’elles se trouvent à côté de photos d’archives qui représentent des intérieurs et des extérieurs. Décider de varier le décor, avec une session en plein air, aurait eu comme seul résultat de compromettre la réussite du projet, qui est loin de se fonder sur la pure imitation. Il s’agit à la fois de pénétrer l’univers des archives, pour en découvrir les trésors cachés, et de les rendre vraiment vivantes, à travers leur réinterprétation.  

 

Senza titolo  ©PC

Animée par Dominique Massonnaud, membre du groupe « Gide Remix », la soirée a été un véritable moment d’échange, avec une participation active des protagonistes. « Pour moi » – affirme une élève – « Gide réussit vraiment à être unique, à être différent. Son image est celle d’un écrivain hors normes ». Comment ne pas entendre, dans cette phrase, un écho du célèbre « Je ne suis pas pareil aux autres » ? Aucun des élèves impliqués dans le projet ne connaissait Gide avant d’en voir, en classe, l’image. Il n’y a pas lieu de se désespérer, car quelqu’un, parmi le public, avoue timidement avoir pris en bibliothèque l’un de ses livres, pour apprendre à mieux le connaître. L’écrivain avait bien dit qu’il allait gagner son procès en appel...

 

 Paola Codazzi

 

Le site du CEG a été réalisé grâce au soutien de la Fondation Catherine Gide, avec la participation de l’Association des Amis d’André Gide. Il a été réalisé en partenariat avec Martine Sagaert, responsable du site originel andre-gide.fr, créé en 2006 avec des étudiant.e.s de l'I.U.T. des Métiers du Livre de Bordeaux.