Un Centre dédié à la recherche sur André Gide

Le Centre d’Études Gidiennes a vocation à coordonner l'activité scientifique autour de Gide, diffuser les informations relatives aux manifestations gidiennes et à rendre visibles et accessibles les études qui lui sont consacrées.
En savoir +

Nous trouver

Centre d’études gidiennes Bureau 49, bâtiment A UFR Arts, lettres et langues Université de Lorraine Île du Saulcy F-57045 Metz cedex 01

Nous écrire

Stephanie Bertrand Jean-Michel Wittmann
En savoir +

L'Agenda Gide

Octobre 2018
L Ma Me J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31

 Journée d'étude organisée par Carmen Saggiomo (Università degli studi della Campania)

et Jean-Michel Wittmann (Université de Lorraine)

le 31 octobre 2018 à Caserte (Università degli studi della Campania, Italie).

affiche Caserte 2018

 

Programme :

9h Accueil des participants : Pasquale Femia (Directeur du Département de Sciences politiques "Jean Monnet")
9h30 Ouverture (Carmen Saggiomo, Università della Campania Luigi Vanvitelli & Jean-Michel Wittmann, Université de Lorraine)

9h45 – 11h
Présidence de séance : Jean-Michel Wittmann (Université de Lorraine)

9h45 – 10h15 Riccardo Benedettini (Fondazione UniverMantova)
« L’humanité n’est pas simple. » Gide lecteur de Balzac.

10h15 – 10h45 Chantal Pierre (Université de Nantes)
Les larmes, de Flaubert à Gide.

10h45 – 11h : Discussion

11h – 11h15 : Pause

11h15 – 12h30
Présidence de séance : Rosanna Gorris (Università di Verona)

11h15 – 11h45 Pierre Masson (Université de Nantes)
1900, frontière infranchissable ?

11h45 – 12h15 Emilia Surmonte (Università della Basilicata)
Le Roman du XIXe siècle et L’Immoraliste : rupture ou continuité ?

12h15 – 12h30 : Discussion

12h30 – 14h30 : Déjeuner

14h30 – 16h30
Présidence de séance : Pierre Masson (Université de Nantes)

14h30-15h Jean-Michel Wittmann (Université de Lorraine)
Gide et le suicide, de Dostoïevski à Durkheim

15h-15h30 Carmen Saggiomo (Università della Campania Luigi Vanvitelli)
Gide face à Wilde : l’héritage difficile du King of life

15h30-16h Augustin Voegele (Université de Lorraine)
Le Chopin de Gide, un classique du XIXe siècle ?

16h-16h30 Discussion et conclusion

Le contemporain capital d’un siècle à l’autre : Gide et l’héritage du XIXe siècle

Troisième journée d’étude franco-italienne André Gide

Le 31 octobre 2018 à Caserte (Universita della Campania – Luigi Vanvitelli)

Organisation : Carmen Saggiomo (Università della Campania Luigi Vanvitelli) & Jean-Michel Wittmann (Université de Lorraine)

            Les « Journées franco-italiennes André Gide » en Italie

            Les études gidiennes sont particulièrement vivantes en Italie aujourd’hui. Ces dernières années, plusieurs thèses ont été soutenues dans différentes universités italiennes, comme celle de Gian-Luigi Di Bernardini (Universita degli studi di Milano), publiée sous le titre La Parola gratuita. Progetto scritorrio et construzione dell’opera nella narrativa di André Gide (Mimesis, 2012), celle de Martina Della Casa (cotutelle Université de Haute Alsace – Université di Bologna) ou encore celle d’Enrico Guerini (Universita di Bologna), Confessione e reticenza : la scrittura dell‟io nell‟opera autobiografica di André Gide e Julien Green), soutenue l’année dernière ; d’autres sont en cours de préparation, comme la thèse de Paola Codazzi (cotutelle internationale Université de haute Alsace – Université di Bologna), « André Gide. Écrire la guerre, représenter l’Europe : permanences, limites, ambivalences » Récemment, Carmen Saggiomo a publié La Fortuna italiana delle "Caves du Vatican" di André Gide, (Ariccia, Aracne, 2015), cependant qu’Anna Soncini publiait, en collaboration avec Éric Lysoe, les actes d’une journée consacrée à Corydon ("Corydon" d'André Gide, Bologne, I libri di Emil, 2016).

            À l’automne 2016, une journée d’étude dirigée par Enrico Guerini (Universita di Bologna) et Stéphanie Bertrand (Université de lorraine, Centre d’Études Gidiennes) et consacrée à la place du « latin et [de la] latinité dans l’œuvre d’André Gide » a pu rassembler à l’Université de Bologne de jeunes chercheurs gidiens des deux pays (Enrico Guerini, Paola Codazzi et Stéphanie Bertrand), autour de spécialistes confirmés (Pierre Masson, Jean-Michel Wittmann et Carmen Saggiomo).

            À l’automne 2017, c’est à l’Université Luigi Vanvitelli à Caserte que se sont réunis chercheurs français et italiens, autour du thème « Gide face aux sciences humaines et sociales ». Dirigée par Carmen Saggiomo (Université Luigi Vanvitelli) et Jean-Michel Wittmann (Université de Lorraine, Centre d’Études Gidiennes), la journée a ménagé dans le même esprit un équilibre entre chercheurs italiens et français, ainsi qu’entre jeunes chercheurs confirmés ou plus récents.

            Le succès rencontré par ces deux journées et ses retombées positives, tant pour les études gidiennes que pour le rayonnement des études françaises en Italie, conduit à envisager de faire de ces rencontres gidiennes franco-italiennes un événement récurrent.

            Argumentaire de la Journée franco-italienne 2018

            Promu contemporain capital au XXe siècle et couronné par le Prix Nobel de littérature en 1947, Gide, né en 1869, n’en est pas moins un homme du XIXe siècle, comme les autres membres de sa génération littéraire, Valéry, Claudel ou encore Proust, à la fois parce que son œuvre a commencé à se construire à l’époque de Mallarmé et parce que sa culture, littéraire, mais aussi philosophique ou artistique, accorde une place privilégiée aux écrivains et aux artistes du XIXe siècle qui ont modelé sa vision de l’homme, du monde et, surtout, de la littérature. Écrivain « entre deux siècles », comme Antoine Compagnon a pu l’écrire au sujet de Proust, Gide apparaît comme un passeur et comme un pont : revenir sur ce qui, dans sa culture et dans sa formation, appartient au XIXe siècle, c’est comprendre les idées, les représentations et les valeurs du siècle suivant, qu’il a contribué à façonner en profondeur. Les réflexions engagées lors de ces journées s’organiseront autour des axes suivants :

  • L’héritage des grands écrivains du XIXe siècle : de Balzac à Flaubert en passant par les maîtres étrangers, ou de ceux qui sont ses contemporains lorsqu’il commence sa carrière littéraire : Zola et les naturalistes, Mallarmé et les symbolistes… (questions de poétique et d’esthétique romanesque ; formes, figures et représentations ; dialogues critiques et traductions)
  • La culture philosophique et sociale du neveu de Charles Gide, une culture du XIXe siècle ? (les idées morales et sociales de Gide ; rôle et place des références de cette époque dans la formation de sa pensée)
  • Le rôle et la place du XIXe siècle dans l’approche gidienne des beaux-arts (peinture, musique : les fondements d’une esthétique voire d’une pratique de l’art)

            Comité scientifique

Prof. Peter Schnyder, Université de Haute-Alsace, Président de la Fondation Catherine Gide

Prof. Pierre Masson, Université de Nantes, Président de l’Association des Amis d’André Gide

Prof. Anna Soncini, Universita di Bologna

            Partenaires scientifiques et institutionnels :

Associtation des Amis d’André Gide

Fondation Catherine Gide

Université de Lorraine (Centre d’Études Gidiennes, Écritures EA 3943)

Universita Luigi Vanvitelli

La Renaissance française

Le site du CEG a été réalisé grâce au soutien de la Fondation Catherine Gide, avec la participation de l’Association des Amis d’André Gide. Il a été réalisé en partenariat avec Martine Sagaert, responsable du site originel andre-gide.fr, créé en 2006 avec des étudiant.e.s de l'I.U.T. des Métiers du Livre de Bordeaux.